MAGAZINE


Faut-il dire qu’il ne sait pas baptiser ses slams, parce que le titre est contraire du message ou du font de son œuvre ?
Faut-il dire que le slam d’Osée ELEKTRA n’a pas de raison d’être ? Faut-il comprendre qu’il est con dans la nomenclature de ce morceau ? Faut-il dire qu’il ne sait pas baptiser ses slams, parce que le titre est contraire du message ou du font de son œuvre ?

Les artistes de GOMA donnent des titres à leurs œuvres. En écoutant l’œuvre en question, on sent qu’elle ne méritait pas ce titre.

Dans le morceau « SANS RIMES », Osée ELEKTRA voulait faire passer le message de la liberté d’expression selon mes propres compréhensions. Osée ELEKTRA, Un des slameurs de la ville de GOMA, était en direct sur GOMA WEBRADIO dans l’émission ONDES LIBRES. Son slam est titré : « SANS RIMES », pourtant la réalité fait le contraire. Il a expliqué :

« Ce n’est pas seulement qu’il n’y a pas des rimes dedans, il y a des rimes, mais c’est libre !  Avant d’écrire ce texte, dit Osée ELEKTRA, je me posais déjà une question : Est-ce qu’on est obligé de mettre des rimes pour écrire un texte ? Est-ce qu’il nous faut tous êtres mathématiciens des mots pour dire quelque chose ? Est-ce qu’il nous faut toujours satisfaire des principes, des règles pour dire quelque chose ? Dire ce qu’on pense, ce qu’on ressent, dire ce qu’on voit ? S’exprimer sur tout ce qui se passe dans nos vies ? Et du coup je me suis dit : est-ce que quelques mathématiques instaurées par des gens ou du moins par des doctrines, créées par des gens comme moi, peuvent se mettre dans mon chemin du genre me dire : tu peux dire ceci, ça tu ne peux pas dire, tu dois faire ceci ou cela comme technique pour dire ce que tu as à dire. Je me suis dit : bah, du coup ça ne marche pas eh ! La liberté n’est pas seulement un droit, mais aussi une responsabilité. »

Il poursuit disant :

« A un moment donné, on a tous des choses à dire,… et du coup, on n’est pas obliger à suivre des règles et beaucoup des modules, tu vois on se cherche milles chemins pour arriver à s’exprimer, pour arriver à dire ce qu’on a à dire, et pourtant c’est notre droit et notre devoir un certain moment. Il y a des situations qui se passent et du coup on se retrouve obligé de parler, ne pas parler nous rend aussi complices de ces situations mauvaises qu’elles soient et déjà parler devient une obligation.

Et si on s’exprimait, sans passer par des règles instruites par des gens ? Cela que vient le titre « sans rimes ». Sans rimes pour moi veut dire : « sans barrières, sans beaucoup des mathématiques, sans beaucoup des règles donc s’exprimer librement. »

En parlant du message,  Osée ELEKTRA dit que son slam veut faire appel aux citoyens du monde de  comprendre qu’ils doivent arriver à s’exprimer sans avoir peur de quoi que ce soit, parce que déjà on nait avec la liberté de tout dire pour faire de nous des vivants.

Pour lui, la définition d’être vivant c’est être libre, sans beaucoup penser. On n’a pas besoin de la beauté pour s’exprimer. Osée ELEKTRA est un slemeur de la ville de GOMA en République Démocratique du Congo. Il considère le slam comme un métier malgré que dans sa région ; la rumba, l’afro beat et d’autres styles de musique emportent l’attention des gens. Mais, il a une de ses espoirs que le slam sera parmi les styles préférés de Congolais. Retrouvez ses morceaux sur Youtube en cliquant sur cette photo en bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *